MEFI !
Auteurs : François Ridel, René Mazzarino
Compositeurs : François Ridel, René Mazzarino, Laurent Garibaldi, Dominique Danger

Mesfisa ti ben dau comissariat
Que lei còndes ti mancaràn pas.
Si parlas fòrt, si siás pas d'acòrd
Si çò que viés ti fa venir lo racacòr,
Es pas la pena de jugar ambé la mòrt.

Ti dieu, d'aise, d'aise, fagues pas lo nervos !
Que lei policiers son totjorn mai poderós,
D'aise, d'aise, fagues pas ton orgueiós !
Que lei policiers son totjorn mai dangeirós.

Mi meravilhi d'auvir lo menistre
Ti parlar de tei devers, de tei drechs,
Tot en protegent d'òmes senistres
Que s'en garçan de la légalité.
Pareisse que vivèm en republica
E que la lei per toei lei gents s'applica,
Quaucaren truca, mi siáu enganat
Que vieu jamai leis estrassas plorar.

Pasmens as rason de metre lo òai
Paure de segur as besonh de trabalh
Per elei siás ren mai que de canalha
As pas sentit lo bruch de la saralha ?

Per lo barri de voaturas cremadas
N'i a tròp,
Per lo barri de maires aploridas
N'i a tròp,
De pichonas totei desconsoladas
N'i a tròp,
De violéncias, de cavas marridas
N'i a tròp.

Ai grands lo perdon, per nautrei la maçuga !
Au mai siás pichon, au mai serà pesuga.
Si la justícia ti pareisse ruda
Dien pas parièr lei que t'an de fortuna,
Ti fan un viet per un paure pintaç
Dau temps qu'aquelei gents s'en foton plen lo nas,
Còmpta lei gròs monsurs empresonats !
E mi parlaràs pus d'egalitat.

Mont'es la vertat, diga mi si va sabes
Ièu sabi plus çò que vòu dire d'estre francés
E fins qu'a uèi siáu pas ren qu'un Marsilhés,
Ambé lei cònòs siáu pas d'acòrd, va comprenes.

La societat a ges de pietat
E lei raggas son pas estimats
Siáu pas aquí per ti faire cagar
Veni solament discutir e cantar

(Traduction)
Méfie-toi bien du commissariat car les condés ne te manqueront pas. Si tu parles fort, si tu n'es pas d'accord, si ce que tu vois te fait vomir, ce n'est pas la peine de jouer avec la mort.
Tranquille ! Ne fais pas le nerveux car les policiers sont toujours plus puissants. Tranquille ! Ne fais pas l'orgueilleux car les policiers sont toujours plus dangereux.
Ça m'émerveille de voir le ministre te parler de tes devoirs, de tes droits, alors qu'ils protègent des hommes sinistres qui se foutent de la légalité. Il paraît qu'on vit en république et que la loi s'applique à tous, quelque chose cloche, j'ai dû me tromper car je ne vois jamais les salauds pleurer.
Pourtant tu as raison de mettre le bordel, c'est sûr, mon pauvre tu as besoin de travail, pour eux tu n'es qu'une canaille. Tu n'as pas entendu le bruit de la serrure ?
Dans le quartier, des voitures brûlées il y en a trop, dans les quartiers, des mères en pleurs il y en a trop, des filles pleines de chagrin il y en a trop, des violences et des mauvaises choses il y en a trop.
Aux grands le pardon et pour nous la matraque, plus tu es petit plus elle sera lourde. Si la justice te paraît rude, les riches ne disent pas pareil. Ils te font un monde pour un pauvre joint alors que ces gens s'en foutent plein le nez. Compte les grosses légumes qui sont en prison et tu ne me parleras plus d'égalité.
Où est la vérité ? Dis-le-moi si tu le sais, moi je ne sais plus ce que c'est d'être français et jusqu'à aujourd'hui je ne suis rien qu'un Marseillais, avec les conos je ne suis pas d'accord, tu le comprends.
La société n'a pas de pitié et les raggas ne sont pas estimés, je ne suis pas ici pour te faire chier, je viens seulement discuter et chanter.